Bertrand + Marie en robe Palombaggia dentelle personnalisée

Qui es tu ?

Marie 32 ans je vis en Corse du Sud, je suis auto-entrepreneur.

 


 

Quand et comment vous êtes vous rencontrés ?

Il y a fort longtemps car Bertrand est un ami d’amis mais nous n’avions jamais beaucoup échangé. Bertrand m’a toujours intrigué par ses choix de vie originaux mais je ne pensais pas qu’il puisse un jour s’intéresser à moi. Nous nous sommes revus il y a 4 ans lors de ses vacances en Corse et je suis allée le chercher à Lyon quelques mois plus tard. Tout s’est passé très rapidement, cela a été une évidence, dès le premier week-end que nous passions ensemble il m’a fait une très belle déclaration. 3 mois plus tard il venait s’installer dans chez moi en Corse

 

 

 

Raconte-nous la demande en mariage

Pour le week-end de nos 2 ans en avril 2016, Bertrand avait réservé une belle chambre dans un charmant petit hôtel familial dans le Cap Corse, Le Saint Jean. Nous adorons cet endroit. Nous avions dû partir tôt le matin et nous avons trouvé la pluie en arrivant, la brume masquait même la mer. Après une sieste bien méritée le soleil était revenu et nous sommes descendus à la plage pour profiter du coucher de soleil. Bertrand avait réservé une bonne table sur port de Centuri. De retour à l’hôtel quelle ne fut pas ma surprise en ouvrant la porte de la chambre! Il y avait des pétales de roses qui jonchaient le sol, une bouteille de champagne et 2 petites tartes à la praline, spécialité lyonnaise, ma madeleine de Proust qui fait écho à notre premier week-end. Bertrand avait tout préparé en cachette, avec la complicité d’Audrey, la propriétaire de l’hôtel. Je compris mieux pourquoi il semblait stressé depuis notre départ et si déçu de la météo…C’est alors qu’il mis le genou à terre pour me faire une très belle déclaration. La bague de fiançailles est une bague ancienne de ma grand mère sur laquelle il a changé les pierres. Je n’aurais pu rêvé mieux…

  

 

Comment s'est passé l'organisation du mariage ?

L’organisation du mariage a été très stressante puisque nous avons tout organisé nous même (enfin surtout ma mère…). Notre voeux était de faire un mariage à notre image, spontané, simple, de faire découvrir notre mode de vie à nos amis. Ainsi tous les amis, voisins, nous ont aidé dans cette démarche, chacun à sa manière. Le but était d’être dans une démarche éco-responsable et de locavorisme. Le menu était simple, un veau à broche, bio, élevé par un cousin, dans le village. La charcuterie avait été réservée depuis des mois à la montagnes, tout comme le fromage. Un menu simple, bio, local mais très savoureux. Le service a été assuré par une amie, le bouquet de fleurs a été réalisé par mon témoin avec les immortelles cultivées par un cousin, et celui a la vierge par ma voisine, tous les produits étaient frais et achetés au plus proche du lieu du mariage. Le but était que les prestataires/fournisseurs soient au maximum des amis, connaissances, que cela ait un sens à nos yeux, une histoire.

 

  

Le lieu du mariage est un champ de famille qu’il a fallu démaquiser, avec l’aide de nos amis, un gros travail! Mon père a créé les toilettes sèches et les bars en palette, ma mère le mobilier extérieur (tables et canapés en palettes). Ce mariage éco-responsable a été beaucoup basé sur la recup’ d’objets et de matériaux, il a fallu faire preuve de beaucoup de créativité. Le plan de table a été fait avec du papier récupéré, des vieilles dentelles de famille, ma mère a chiné 180 assiettes en porcelaine, autant de couverts argentés et d’assiettes à dessert, des nappes anciennes (ou des vieux draps en lin sur lesquels elle a cousu des chemins de table en dentelle de famille), …

 

Gwenn est une amie de longue date qui m’a permis de participer à la création de la robe, une chance inouïe qui s’inscrit parfaitement dans l’esprit de ce mariage. Une robe personnalisée qui a une histoire, une valeur sentimentale décuplée par l'amitié.

Le cadeau des invités étaient des petits pots de confiture de l’oranger du jardin, préparée par ma mère, mise dans des bocaux récupérés dans les hôtels qu’il a fallu laver, recouverts de tissu ancien et une étiquette en papier (récupéré) attachée par de la toile de jute (récupérée également).

 

 

 

Des imprévus il y en a eu beaucoup, le prestataire qui devait fournir tables, chaises, serveurs, chapiteau nous a planté 3 semaines avant le jour J, la photographe 3 jours avant,…la veille du mariage civil plus de bateau pour notre arrivée à la plage…beaucoup de rebondissements...

 

Nous avons pris le risque (limité en Corse fin juin) de ne pas prendre de chapiteau en cas de pluie. Pari réussi!

 

Les jours précédents le mariage ont été très intenses avec la participation de nos invités pour que tout soit prêt le jour J. Travailler dans l’urgence a été le plus stressant.

 

Quel a été le moment le plus drôle du mariage ?

J’hésite entre le discours du témoin de Bertrand, un vrai one man show ou celui de ma mère qui, stressée, a appelé Bertrand « Bernard », il s’est alors levé, l’a prise en poids pour la jeter dans la marre, mais, pris de remords, s’est arrêté juste avant.

 

 

Quel a été le moment le plus émouvant ?

La cérémonie à l’église, moment le plus solennel.

 

 

 

Quel conseil donnerais tu à une future mariée ?

De prendre une wedding planner afin que la coordination soit assurée le jour J et de pouvoir ainsi profiter en toute sérénité. Et de prendre des vacances quelques jours avant le mariage afin de pouvoir se détendre et de se préparer calmement, dans une maison entourée seulement de celles qui vont l’aider à se mettre en beauté, sereinement.

 

Leave a Comment

Your email address will not be published.